Quelles suites pour le forum ?

Compte-rendu de l'assemblée générale finale

I- Proposition du CREDIS (Emmanuelle Poix)
Qu'est-ce que le CREDIS ?  (Collectif Régional pour le Développement des Initiatives Solidaires). À la base, une association. Elle a reçu la mission de répartir les fonds attribués à la région par le Fonds Social Européen. Par ces fonds, elle a pu financer 120 projets. Mais on constate une insuffisance du point de vue de la mise en réseau de toutes ces actions.
C'est pourquoi le Credis a fait une demande de subvention ( FSE + Région) pour construire une plateforme réunissant des gens intéressés dont les objectifs seraient :

  • La construction d'un site Internet
  • On s'appuierait sur le bilan sociétal de façon à bien identifier les différents acteurs : citoyens, professionnels, associations.
  • La plateforme se réunirait au maximum 3 fois par an, l'essentiel de la communication se faisant par Internet.
  • Elle ne serait pas l'autel Credis mais servirait à accompagner une dynamique collective. Le Credis ne suit pas toute l'actualité de ce qui se fait, c'est pourquoi il a besoin d'élargir les contacts.Le Credis donnerait le squelette, il s'agirait ensuite d'y mettre de la chair.
  • A noter que le Credis n'existe vraiment qu'en Auvergne, les structures similaires dans les autres régions étant peu avancées ( même s'il y a eu ailleurs des études sérieuses sur lesquelles on peut s'appuyer). Nous avons donc un modèle à créer, mais bien sûr dans un premier temps on s'intéressera d'abord à la région Auvergne.

II- Discussion de l'Assemblée sur cette proposition et le bilan à tirer du Forum
1) Pascal Delage (Fudôvision) voudrait :

  • que le Forum se reproduise
  • qu'on mette une priorité sur les monnaies locales ou complémentaires

2) Un assistant aimerait que le Forum, à l'intérieur du même week-end, se tienne en plusieurs endroits à la fois. On lui objecte la dispersion des forces. Il aimerait aussi que le site proposé devienne une référence nationale. D'autres trouvent que l'espace régional est bien suffisant.

3) Intervention de Jacky Chabrol (Attac) :

  • il trouve que le site Internet ne peut pas être le seul moyen de communication. Un bulletin papier complémentaire lui semble indispensable. Il montre l'exemple du journal « Proximité » publié dans une autre région. Ce bulletin pourrait paraître tous les 6 mois et le numéro zéro pourrait paraître vers le mois de mars.
  • il trouve qu'il faut passer à une forme plus structurée qui se fixe des objectifs, distingue des commissions...

4) Plusieurs interventions insistent sur la nécessité de faire tourner le Forum dans différentes parties de l'Auvergne.

5) On fait remarquer qu'une des premières utilités du site serait d'avoir un AGENDA des différentes manifestations. Dès maintenant, les infos présentes sur les sites Internet des différents acteurs pourraient être transmises directement au site du Credis.

6) Quelqu'un fait remarquer que l'information concernant la tenue du Forum à Issoire était difficile à trouver. On peut espérer que cette information sera facilitée dans les années à venir.

7) Une large discussion s'engage sur les moyens de sortir du cercle des convaincus et d'attirer le grand public. Les remarques ont été les suivantes :

  • C'est quand même bien que les convaincus se voient de temps en temps !
  • Faut-il éviter le mot « alternatives » qui peut faire peur ? Non, jugent la plupart des présents : il ne faut pas trop faire « la danse du ventre » et les mots utilisés, qui ont bien sûr leur importance, doivent être en conformité avec ce que l'on veut faire;
  • Il y a encore un gros réservoir de gens intéressés dans les réseaux existants, auxquels s'ajouteront leurs connaissances.
  • Il est suggéré d'ajouter du festif comme à la fête de l'Huma. Mais on remarque que le succès de la fête de l'Huma ne fait pas gagner d'adhérents au PC. De toute façon notre objectif n'était pas d'attirer 5000 personnes, mais de recenser les initiatives pour les faire connaître ensuite.
  • Marie-Christine Julhes trouve que pour une première édition ce Forum était réussi, que si ça se renouvelle le public deviendra plus nombreux (elle donne l'exemple du développement continu du festival du Court Métrage à Clermont), et enfin que dans l'assistance il n'y avait pas que des initiés. Quelqu'un ajoute qu'une force de proposition ne se construit pas sur un clic.

8) Autre discussion : comment attirer les élus ?

  • Pour inviter les élus : passer par le sous-préfet de l'arrondissement.
  • L'idée de rencontrer les élus pour mieux se connaître et pour travailler avec eux doit être absolument maintenue. Condition : ne pas leur rentrer dedans, ne pas leur donner de leçons, partir sur des bases constructives.
  • Si on veut que les élus viennent, se demander ce qu'ils peuvent y trouver.
  • À ces conditions, on verra fleurir les synergies souhaitées : l'exemple le plus parlant étant ce qui s'est passé avec le mouvement « Pedibus » à Clermont : d'abord initié par une association de citoyens, il a été repris par la Mairie sous forme de régie municipale. Autre exemple : la crèche parentale d'Issoire, expérience où la Mairie a laissé libre cours à l'initiative locale et l'a même amplement soutenue.