Table ronde sur l’eau

Présents :
Jean Claude Bourdon de l'entreprise SPIRALE 43 (traitements de l'eau)
Jacques Giraudon de l'entreprise Vasset (installateur de récupérateurs d'eau de pluie)
Vincent Cusset particulier, utilisateur de différentes installations dont celles des entreprises ci dessus.
Roger Anglaret modérateur du débat.
Marie-Claude Dupré secrétaire

Excusé: Tony Bernard maire de Chateldon, reprise en régie de la distribution de l'eau potable.

La présentation fait état des agressions subies par l'eau dans son milieu naturel (rivières, sols, océans) et par la consommation humaine (captages et leur protection, assainissement)
Vincent Cusset présente son système de récupération d'eau de pluie installé avec Jacques Giraudon:

  • une cuve en béton enterrée
  • une préfiltration grossière à l'entrée
  • un système vortex EWO (entreprise SPIRALE 43)
  • un trop plein avec clapet anti retour
  • une pompe de surface
  • des capteurs pour gérer automatiquement le recours à l'eau récupérée ou l'eau distribuée
  • en sortie 2 filtres 50 et 25 microns suivis par un traitement par lampe UV

L'utilisation est limitée aux WC et au lave linge (interdiction légale pour les éviers et lavabos...)Le coût est de 6 à 7000 euros avec l'aide bénévoles amis.
La consommation de 3 personnes est passée de 100m3/an à 20m3
Le débat apporte des réponses techniques :

  • le toit collecteur a une surface de 170 m2
  • la cuve a un volume de 10 m3
  • les analyses sont facturées 4 à 5 fois plus cher pour les particuliers.

La maintenance nécessite de nettoyer la préfiltration 2 fois par an, de nettoyer complètement la cuve tous les 4 ou 5 ans et de changer les traitements de sortie, filtres et lampe UV tous les ans pour 90 euros.

Jean Claude Bourdon présente l'activité de SPIRALE 43 : ancien vétérinaire ayant adopté l'homéopathie, il s'est intéressé à l'eau avec la même approche vibratoire. Il considère que les eaux distribuées officiellement sont des eaux mortes. Une bonne eau doit à la fois répondre aux critères de potabilité et être porteuse d'énergie vitale et d'informations vibratoires bénéfiques à la santé. Pour ce faire, il utilise les produits « Plocher-eau », « EWO », les « entonnoirs à vortex », la géobiologie…
Il s'appuie sur des travaux « scientifiques » peu reconnus comme la bio électronique de Vincent, la mémoire de l'eau de Benveniste... Il fait état de résultats confirmés par écrit d'utilisateurs institutionnels (plans d'eau de Cournon et d'Ambert...).

L'entreprise Vasset de Jacques Giraudon installe aussi des récupérateurs d'eau dans les collectivités (salles de sport de Nohanent et Aulnat) ainsi qu'en agriculture pour alimenter le bétail en eau (installations subventionnée par le Conseil Général).

Le débat fait ressortir la perspective d'installer des compteurs spécifiques aux eaux usées pour payer le service d'assainissement. Il pointe l'aberration des fosses septiques toutes eaux (SPANC) qu'il faut évacuer car elles ne se régénèrent pas. Il approuve l'autorisation officielle des toilettes sèches et s'interroge sur les stérilisations excessives par les produits ménagers que l'on retrouve dans la nature.

Le retour en régie municipale des services de l'eau est possible et démontré par les communes de Cournon et de Chateldon. Aucun problème technique n'est insurmontable dans la mesure où les aspects les plus pointus (automatismes...) peuvent être fournis par des entreprises.

Des aspects de traitements particuliers sont abordés comme comme la imploration excessive imposée par Vigipirate et l'ajout de calcaire qui rend l'eau alcaline et oxydante, nocive pour la santé. Les pré-traitements de l'eau aux sels d'aluminium qui lui donne cette si belle couleur bleutée est toxique pour les dialysés et suspecte de favoriser la maladie d'Alzheimer.